SOMMAIRE
ENVOLÉE n°4 -Janvier 2002-

retour à l'index

-L’ISOLEMENT UN AVANT-GOÛT DE LA MORT. De Gabi Mouesca, Décembre 2001.

-Extrait de L’OUVREUR de Charles Maestracci.

-ÉDITO N°4.

-À RECULONS. Texte d'Audrey.

-Les Mureaux, Justice pour moussa.

-Violences policiÈres racistes. Texte du commité de soutien autour de la famille d’Édouard Salumu Nsumbu.

-LE COURAGE DU MATONNAT...Lettre de Sylvain du Centre de Détention de Varennes-le-Grand..

-Ma plainte contre les policiers... Classée sans suite ! Lettre de Daniel-Hedi Milan, Nice.

-TURQUIE : dernières infos (janvier 2002) du mouvement de lutte contre les prisons cellulaires.

-Action de solidarité au 427 ième jour de la lutte des prisonniers en Turquie.

-PRISONNIERS EN GRÈVE DE LA FAIM AU MAROC.

- Manu Dahan doit quitter Villepinte au plus vite.

-DOSSIER ADN
-ADN, vers un fichage généralisé.
-ADN, Extraits d’une lettre d’une militante des Grapo incarcérée à Fresnes.
-De Millau au crachat citoyen. Texte de Queques ennemis du meilleur des mondes.
-SIS...Le chiffre du controle.

-Deux petits tours et s’en vont en...guerre ! De Vittoria.

-Argentine: Un aprés-midi de chien.

-Pascal, accusé de complicité d’évasion. Lettre de Coco.

-OBJET: BAGAGES DES DÉTENUS TRANSFÉRÉS.

- OBJET : RÉCLAMATION: Lettre ouverte d’A.H. Benotman.

-Par la voix des juges, c’est la bourgeoisie qui s’exprime... Texte de Regis Schleicher.

DOSSIER ISOLEMENT
- DE LA MESURE DISCIPLINAIRE Á LA SYSTÉMATISATION.

-1900, vint la cellule.

- Des années 50 aux années 70.

- Depuis les QHS.

- Depuis 1974 jusqu’à aujourd’hui.

- Au début du troisieme millénaire.

- Depuis l’intérieur: Textes de Natalie Ménigon et de Michel Vaujour;

-LES LUTTES CONTRE L'ISOLEMENT.

-MAIS AU BOUT DU COMPTE... “(…)il y a trente ans l’apparition des QHS…

-QUI SONT CES MONSTRE QU'ON ISOLE ?

-Les matons parlent aux matons ! Extrait du livre de Daniel Koehl.

-USA: Isolement carcéral et privation sensorielle.

-AU SECOURS ! MA LIBERTÉ S’ÉTOUFFE. Texte du Résilient.

-QI DE FRESNES : C’EST GRAVE DOCTEUR ?

ALLEZ AZNAR MONTRE-NOUS TES FIES. Historique de la politique d’isolement carcerale espagnole et de la lutte des prisonniers.

-Espagne: LA COPEL.

-Espagne: PETITE CHRONIQUE D’ACTIONS DANS LA RUE CONTRE LA PRISON.

-Espagne: LUTTES À L’INTÉRIEUR DES FIES.

-Espagne: POUR UN MONDE SANS PRISON. Lettre de Paco Ortiz Jimenez .

-Espagne: CHERS COMPAGNONS... “Nous sommes six compagnons enfermés dans le couloir de la mort (département Fies 1-CD) de la prison d’extermination qu’est Villanueva…

UNE BIBLIOTHEQUE VA SE CRÉER À MADRID...

-RAPPORT DISCIPLINAIRE: LA CRAPULE DU MOIS : GUY AUTRAN. “Architecte des prisons aux “systèmes de sécurité maximale"

-HAINE AMI PUBLIC N°1. Par Abd-El-Hafed Benotman.

-DÉBAT NATIONAL SUR LES RISQUES INDUSTRIELS OU DÉBAT PLANÉTAIRE SUR LA SÉCURITÉ DE TOUTES LES POPULATIONS ? Par des habitants de Toulouse.

-MORTELLEMENT LIBÉRABLE. Horst Fantazzini, 62 ans, meurt à la prison Dozza de Bologne d’une rupture d’anévrisme....

-FEUX D'ARTIFICE...
-BALLADE NOCTURNE À LOOS LES LILLE.

-FEUX FOLLETS SUR LA ROUTE NAPOLÉON.

retour l'index
RAPPORT DISCI PLINAIRE: LES CRAPULES DU MOIS
Etudiant il rêvait de batir des pyramides, il construit des tombeaux.

Guy Autran
5, rue Lemaignan, 75014 Paris
Tél : 01 .40. 78. 84 .00 Fax : 01 .40. 78 .85 .98
Né le 14.11.1940 à Annot (04), architecte DPLG, urbaniste JUVP, secrétaire général de l’Académie d’architecture, enseignant (de 1983 à 1986) à l’école d’architecture de Nancy.

Architecte des prisons d’Épinal, Villefranche, Saint-Quentin-Falladire, Villenauxe-la-Grande, Rémiré-Montjoly, Seysses (Toulouse), Le Pontet (Avignon), Séquedin (Lille)… aux « systèmes de sécurité maximale ».
Récompensé pour ces faits et son zèle par le ministère de la Justice de l’Ordre national du Mérite.
Pense que son travail est « humanitaire ».

Le concepteur de cette prison (celle du Pontet à côté d’Avignon) du XXIe siècle est l’architecte parisien Guy Autran, un spécialiste qui a déjà réalisé de nombreux centres pénitentiaires (Épinal, Villefranche, Saint-Quentin-Falladire, Villenauxe-la-Grande, Rémiré-Montjoly) et à qui a été attribuée, après concours, la première tranche du Programme 4000 (construction des établissements de Seysses-Toulouse, Le Pontet-Avignon et Séquedin-Lille). Autran a séduit l’Administration pénitentiaire (AP) et notamment sa directrice, Martine Viallet, pour qui « le projet est très aéré, il y a de la lumière partout, des dégagements, des vues, le personnel respire. Tout ça évite d’avoir l’impression d’être entre quatre murs » 1. C’est bien là la « philosophie » de l’architecte, « amener le détenu à accepter sa condition sans révolte », « que le détenu aussi bien que le surveillant acceptent involontairement l’enfermement » ; il voit donc dans la conception de ces prisons modèles « une mission presque humanitaire ».

Pourtant l’architecte n’a pas été choisi par l’AP pour son humanitarisme, la luminosité ou la beauté de ses constructions, mais pour le zèle sécuritaire dont il sait faire preuve. Pour le Programme des 4000, il est le seul architecte à avoir scrupuleusement observé l’imposant cahier des charges sur la sécurité, étape qui élimina les autres concurrents. Mais Autran cherche à en faire plus, à faire mieux, plus sévère, en innovant sans cesse, en utilisant les dernières technologies, en imaginant des techniques pour favoriser la surveillance, faciliter la tâche et la protection des matons, limiter au mieux les contacts entre taulards et matons, ou lutter contre les évasions… Des trucs et des détails dont l’AP n’avait même pas eu l’idée et qui la ravissent. Son concept carcéro-humanitaire s’appuie sur « la réduction des circulations, l’autosurveillance, la limitation des déplacements » avec l’utilisation massive de l’électronique et de la vidéosurveillance (le nombre de matons pouvant être réduit, ces prisons sont économiques).
Pour Guy Autran, cet inventeur de prisons, ce rêveur de barbelé, cet utopiste de la cage, le centre du Pontet doit être un chef-d’œuvre, un nouvel écrin pour sa piètre philosophie… Son application ne semble pourtant pas toujours bien comprise, notamment par les taulards qui ne saisissent pas assez le côté humanitaire et trop le froid sécuritaire… La maison d’arrêt de Rémiré-Montjoly, Guyanne, construite selon ses plans en 1997, a connu en juillet 1999 une tentative d’évasion qui s’acheva par la mort de deux prisonniers et une mutinerie où furent détruites plus d’une centaine de cellules.

Radom & Co
Extrait de Traits noirs no°7, janvier 2002.
Article sur la nouvelle prison d’Avignon.

1. Libération,25.03.2000.