< table width="600" cellspacing="10">
retour à l'index

DU QI DE FRESNES… lettre du Resilien, mars 2001

EDITO

– FRESNES, RÉCIT DE LA TENTATIVE D'ÉVASION DU 27 MAI 2001.

Rapport disciplinaire : Les crapules du mois : Le RAID.

– Les établissement pénitentiaires différenciés ou le retour des QHS.

– Les maisons centrales à effectif réduit. Projet de construction de deux maisons centrales à petits effectifs pour enfermer les “détenus difficiles ou dangeureux”.

 LE QUARTIER D'ISOLEMENT DE FRESNES, texte de Jean-Marc Rouillan, mars 2001.


Extraits de Je hais les matins, J.M. Rouillan éd. Denoël 2001.

– LETTRE D'AUDREY ADDRESSÉE Á Mme LA MINISTRE , Mr LE DIRECTEUR DE FRESNES…

– PROGRAMME DE DESHUMANISATION DU DOCTEUR SCHEIN.

– DE LA JEUNESSE CRIMINELLE.

 DE LA PEINE DE MORT Á LA PEINE JUSQU'Á LA MORT, du collectif itinérant, Fleury Mérogis, mai 2001.

– LA GUILLOTINE NE LAISSE AUCUNE CHANCE, LA PRISON NON PLUS.
.
–LES FOUILLES À CORPS, lettre du Résilien, mars 2001.

MOUVEMENT DE REFUS DES FOUILLES INTÉGRALES…

 CHRONIQUE D'UNE PEINE PRONONCÉE
Procès de Manu Dahan

– Une nouvelle brimade contre les parloirs familles."Nous, femmes détenues à la Centrale de Rennes…"

 MORT AUX VACHES. Des squatteurEs, quelques criminels parmi tant d’autre.

– Pour en finir avec toutes les prisons

– Collectif de Defense des Familles et Proches de personnes Incarcérées

– NANTERRE, nous devons tous réagir. Collectif de famille de détenus.

– BAN PUBLIC.

– La réinsertion ça troue l’cul

–TURQUIE:  Les prisonniers turcs refusent les prisons modernes.

– Prisonniers des Grapo et du PCE(r) interdits de parloir…

–Objet : Demande de libération conditionnelle.  Lettre de Régis Schleicher…

DIX POINTS POUR EN FINIR AVEC LA PRISON.

– Petites annonces

retour à l'index
MORT AUX VACHES

Les espaces non régis par les lois s'amenuisent à mesure que notre société progresse : on légifère sur la sexualité, la mort, l'hospitalité, les chiens, la nourriture, l'expression artistique, l'amitié, notre langage, nos désirs, sur des domaines qui jusqu'à présent s'abritaient derrière un vide juridique, seul espace en somme où nous pouvions vivre pleinement. Mais la machine est en route, on criminalise à tour de bras, on codifie l'ensemble des actes sociaux, on quadrille les individuEs dans des grilles de plus en plus étroites et nous avons cette vague impression que personne n'y prend attention ou que chacun/chacune perçoit ce rétrécissement angoissant des griffes du pouvoir sur nos vies comme une fatalité. Non, la tolérance zéro, le tout carcéral et l'extension du pouvoir sur des sphères incalculables ne sont pas plus inéluctables que la prison elle-même. Oui, nous sommes abolitionnistes et nous n'avons pas honte de le dire, pas même devant votre mine de dégoût, un Guy Georges sur le coin des lèvres. La prison ne protège pas la société contre les crimes atroces puisqu'elle n'a jamais réussi à les dissuader; pire, le système qui la légitime en est en partie responsable. La prison ne sert que les dirigeants dans la peur qu'elle inspire à ceux et celles qui auraient l'idée de ne pas respecter les lois. Et surtout, elle représente la clef de voûte d'un système répressif bien plus large qui ne profite qu'aux tenants de l'Autorité. Sans prisons, plus de flics, de juges, d'avocats et donc de travail, de propriété privée, etc. Car l'abolition de la prison va de pair avec la destruction de ce monde. La grande force aujourd'hui de la prison, c'est de faire croire à sa nécessité. Nous tenons aujorud'hui à tuer en nous cette évidence et à réfléchir sur les stratégies d'extension du pénal dans nos vies.
Nous voulons démarginaliser cette idée de l'abolition dans un discours à la fois radical et proche de chacun/chacune puisque tout le monde se trouve aujourd'hui menacé par la prison dans ses actes les plus quotidiens. Nous refusons les discours, tantôt citoyennistes, tantôt vieille garde révolutionnaire, qui font des différences et des degrés chez les détenus entre petites et grandes peines, élite politique et droits communs, confortant ainsi le pouvoir dans son discours sur l'utilité de la prison. Nous refusons de cautionner cette extension du dedans au dehors.
Nous ne voulons plus de prisons, même pour les innocent-Es.

Des squatteurEs.
Quelques criminelles parmi tant d'autres
Infoshop Les Imposteurs
28 bis, rue de Trevise 59000 Lille.
lamonseigneur@hotmail.com