< table width="600" cellspacing="10">
retour à l'index

DU QI DE FRESNES… lettre du Resilien, mars 2001

EDITO

– FRESNES, RÉCIT DE LA TENTATIVE D'ÉVASION DU 27 MAI 2001.

Rapport disciplinaire : Les crapules du mois : Le RAID.

– Les établissement pénitentiaires différenciés ou le retour des QHS.

– Les maisons centrales à effectif réduit. Projet de construction de deux maisons centrales à petits effectifs pour enfermer les “détenus difficiles ou dangeureux”.

 LE QUARTIER D'ISOLEMENT DE FRESNES, texte de Jean-Marc Rouillan, mars 2001.


Extraits de Je hais les matins, J.M. Rouillan éd. Denoël 2001.

– LETTRE D'AUDREY ADDRESSÉE Á Mme LA MINISTRE , Mr LE DIRECTEUR DE FRESNES…

– PROGRAMME DE DESHUMANISATION DU DOCTEUR SCHEIN.

– DE LA JEUNESSE CRIMINELLE.

 DE LA PEINE DE MORT Á LA PEINE JUSQU'Á LA MORT, du collectif itinérant, Fleury Mérogis, mai 2001.

– LA GUILLOTINE NE LAISSE AUCUNE CHANCE, LA PRISON NON PLUS.
.
–LES FOUILLES À CORPS, lettre du Résilien, mars 2001.

MOUVEMENT DE REFUS DES FOUILLES INTÉGRALES…

 CHRONIQUE D'UNE PEINE PRONONCÉE
Procès de Manu Dahan

– Une nouvelle brimade contre les parloirs familles."Nous, femmes détenues à la Centrale de Rennes…"

 MORT AUX VACHES. Des squatteurEs, quelques criminels parmi tant d’autre.

– Pour en finir avec toutes les prisons

– Collectif de Defense des Familles et Proches de personnes Incarcérées

– NANTERRE, nous devons tous réagir. Collectif de famille de détenus.

– BAN PUBLIC.

– La réinsertion ça troue l’cul

–TURQUIE:  Les prisonniers turcs refusent les prisons modernes.

– Prisonniers des Grapo et du PCE(r) interdits de parloir…

–Objet : Demande de libération conditionnelle.  Lettre de Régis Schleicher…

DIX POINTS POUR EN FINIR AVEC LA PRISON.

– Petites annonces

retour à l'index
Les Maisons Centrales effectif r éduit

L’administration péntentiaire se trouve confrontée à des difficultés importantes de gestion de certaines catégories de condamnés (psychopates, terroristes, membres du grand banditisme), dues à leur dangerosité croissante et à l’allongement sensible des peines auxquelles ils sont condamnés, celles-ci pouvant désormais être des peines perpétuelles réelles.
Ces détenus difficiles ou dangereux ne peuvent plus être convenablement gérés dans les seules cinq maisons centrales à plus haut niveau de sécurité du parc (Clairvaux, Moulins, Lannemezan, St Maur, Arles). Ces maisons centrales ont récemment connu des mutineries dangereuses pour l’ordre public (risque d’évasions collectives) et la sécurité des personnes et coûteuses (St Maur 87, Ensisheim 88, Moulins 92 : dégâts totaux estimés à 225 MF).
Cette situation contraint l’AP à incarcérer de plus en plus fréquemment et de plus en plus longuement ces détenus dans des quartiers disciplinaires ou d’isolement des grandes maisons d’arrêt de Paris ou de la région parisienne.
Pour remédier à cette situation, il a été décidé dans le cadre du programme pluri-annuel pour la justice, la construction de deux maisons centrales à petits effectifs dont les bases du concept avaient été établis à la suite des événements qui s’étaient produits en septembre 92 dans les maisons centrales de Clairvaux et de Moulins.
Cette solution a été préférée à celle de création dans les établissements pour peines de petites unités, en raison du coût important et des risques de dérapage que ce type de structures est susceptible de générer (expérience des QSR et QPGS).
Un nouveau groupe de travail chargé de définir le concept a été constitué le 4 octobre 94 avec pour mission notamment d’étudier leurs caractéristiques architecturales :
– un régime de détention identique à celui des autres maisons centrales
– un effectif limité à 90 places
– un contrôle renforcé des détenus par l’étanchéité des deux bâtiments de détention de 45 places, l’accompagnement systématique des mouvements et l’interdiction de regroupement de plus de 15 détenus sur le terrain de sport ou la cour de promenade et de plus de cinq pour les autres activités.
– un fort taux d’encadrement (150 personnels toutes catégories confondues par établissement)
– des dispositifs de sécurité interne et périphérique renforcés.

Communiqué de presse du Ministère de la Justice (octobre 94)